Formations

CQP Ouvrier Spécialisé en Productions Légumières Niveau 3

Secteur(s) professionnel(s) :   Agriculture-Elevage
Niveau :  3 (anciennement V)
Diplôme(s) acquis :  CQP
Statut(s) :  Formation Continue
 Imprimer Imprimer 

Public concerné, nombre

Demandeurs d’emploi

Prérequis, modalités et délai d’accès

Savoir lire et écrire le français, compter
Test de Français et de Mathématique
Entretien individuel de recrutement (Motivation et adéquation avec le projet professionnel)
Confirmation de l’entreprise de signer un contrat de professionnalisation
Accessible aux personnes handicapées si aptitude au poste de travail (certificat médical d’aptitude à fournir)

Présentation générale

Problématique, intérêt

La vocation du CQP Ouvrier spécialisé en production légumière est de reconnaître la compétence professionnelle. Le souhait, des producteurs légumiers, est d’intégrer dans les entreprises des salarié(e)s compétent(e)s, c'est-à-dire connaissant les gestes à effectuer, mais aussi comprenant ce qu’ils font et pourquoi ils le font.

La formation qui conduit au CQP doit donc être centrée sur la pratique professionnelle tout en apportant savoirs professionnels et techniques nécessaires à la compréhension des opérations demandées.

Objectifs

Le CQP Ouvrier Spécialisé en productions légumières nécessite d’avoir des compétences communes pour tous, comme préparer l’emplacement de la culture de pleine terre, mettre en place et entretenir un système d’irrigation, réaliser les plantations, entretenir la culture, la protéger des maladies, parasites et ravageuses et détecter les maladies, intervenir sur le développement des adventices, et assurer la récolte manuelle des produits en veillant au respect et à la qualité du produit.

3 Blocs de compétences :

  • Bloc 1 : Mise en place de la culture
  • Bloc 2 : Entretien de la culture et récolte
  • Bloc 3 : Tri-conditionnement
Possibilité de valider par bloc(s) de compétence(s)

Modalités pédagogiques

Moyens pédagogiques :

Travaux dirigés individuels et collectifs basées sur les visites d’entreprise
Production de documents en lien avec les visites
Rédaction de fiches techniques
Intervention d’acteurs/partenaires/entreprises
Réalisation d’un rapport de stage, Préparation à l’oral
Elaboration de diagnostic lors des mises en pratiques
Exposés
Cours : apprentissage des bases, sortie pour faciliter l’identification et analyse des pratiques
Cours théorique, (Vidéo, Power Point, support papier, livre, Mooc…)
Chantiers pratiques en partenariat avec une entreprise
Travail sur plateforme Walter (à distance)
Travaux pratiques pour la démonstration et l’utilisation de matériel électrique ou motorisé
Travaux de groupe, auto-évaluation des acquis à travers un positionnement professionnel et pédagogique
Echange avec les stagiaires, les professionnels, les acteurs SPRO

Méthodes :

  • Active,
  • Interrogative…

Modalités :

Présentiel, à distance, expérientiel (période en milieu professionnel)

Compétences / Capacités professionnelles visées

Les compétences et/ou capacités professionnelles visées doivent s’évaluer au cours et à la fin de la formation.

BLOC 1- Evaluation pratique *

Plein champ/abri froid : opération de mise en place d’une culture de pleine terre avec nettoyage, paillage, installation du système d’irrigation, couverture, plantation.
Hors sol/serre : opération de mise en place d’une culture hors sol avec mise en place du système d’irrigation, plantation

BLOC 2- Travaux en entreprises *

Plein champ/abri froid : travaux de paillage, installation du système d’irrigation et couverture.
Hors sol/serre : travaux de plantation.
Niveaux d’exigence : 80% des travaux effectués sont maitrisés

Evaluation pratique n°1*

Réalisation d’opérations culturales :
  • 2 plantes différentes en plein champ/abri froid
  • 1 plante en hors sol/serre

Evaluation pratique n°2*

Récolte :
  • 2 ou 3 légumes en plein champ/abri froid
  • 1 ou 2 légumes en hors sol/serre

Travaux en entreprise *

Réalisation d’opérations culturales et de récolte selon les productions de l’entreprise
Niveau d’exigence : 80% des travaux effectués sont maitrisés

BLOC 3 - Travaux en entreprise

  • Opération de tri et de préparation de 2 légumes
  • Réalisation de 2 conditionnement différents (manuel et chaîne) et pour plusieurs types de conditionnement (vrac, sachet, barquette,…)
  • Réalisation d’une palette
Niveau d’exigence : Tous les travaux réalisés sont maitrisés

Contenu de la formation

Bloc de Compétences 1 : Mise en place de la culture

Mettre en place la culture selon l’espèce cultivée et la technique requise en appliquant les règles d’hygiène et de sécurité concernant la culture et les personnes. Les opérations sont maîtrisées pour au moins un légume, soit :
  • Pleine terre : nettoyage, installation, du paillage, plantation, couverture-découverture, installation-désinstallation du système d’irrigation
  • Hors sol : nettoyage, désinfection, mise en place du système d’irrigation, plantation

Bloc de Compétences 2 : Entretien de la culture et Récolte

A partir des consignes données et dans le respect des règles d’hygiène, de sécurité, de protection de l’environnement et des personnes
  • Réaliser les travaux d’entretien des cultures
  • Assurer la récolte de la production

Bloc de Compétences 3 : Tri – Conditionnement

Réaliser le tri et le conditionnement des légumes selon les critères attendus (en référence aux consignes de l’entreprise).
  • Ces opérations seront maîtrisées pour au moins 2 types de conditionnement (vrac, sachet, barquette…)

Durée

CDD de 6 mois minimum
75 % en entreprise
25 % en centre
Durée hebdomadaire 35H
Aménagement de parcours possible

Dates

Avril à Octobre

Lieu(x)

Emeraude Compétence s MFR
5 Rue Emmanuel Le Guen
35400 Saint Malo

Tarif par participant

Financé par OCAPIAT
Gratuit pour les demandeurs d’emploi

Responsable de l’action

Bordereau Nathalie
Emeraude.competences@mfr.asso.fr
02.99.58.10.11

Formateurs, Animateurs et intervenants

L’équipe pédagogique a pour rôle d’accompagner le stagiaire en tant qu’individu, citoyen et professionnel, dans sa globalité et dans sa singularité. Ses rôles d’écoutant, de facilitateur, de médiateur et de soutien font partie de sa pratique d’accompagnement.
Elle peut prendre plusieurs formes : entretien collectif, entretien individuel, suivi téléphonique, correspondance e-mail. L’implication totale de l’équipe pédagogique et administrative dans les missions de formation, d’animation et d’accompagnement, qui forme son éthique professionnelle, contribue aussi à la réussite du/de la stagiaire dans son parcours de formation.
Référent Technique Edouard Lolli
Référente Entreprise Caroline Dacheux

Suivi de l’action

Mise en place d’un suivi de l’action par un comité de suivi à mi-parcours et en fin de formation
L’idée maîtresse est de faire croiser les différents bilans réalisés au fil de la formation, bilan relatif à la formation, aux stages(émargement par les stagiaires et le formateur, attestation de stage…)., aux entretiens individuels, pour pouvoir observer et évaluer la progression entre l’entrée en formation et la sortie (avancée et maturation du projet professionnel, évaluer les acquis techniques, jauger l’efficacité de l’individualisation des parcours ….).
Le bilan de fin de formation est déterminant, pour le(a) stagiaire. Il est important de mettre en œuvre un plan d’action élaboré en collaboration avec l’ensemble des acteurs, pour lui permettre d’accéder à l’emploi.

Evaluation de l’action

L’accompagnement vers la certification repose essentiellement sur la préparation à l’examen. La certification est acquise après avoir obtenu l’ensemble des blocs de compétences.
  • Le plan d’évaluation, préparé par les coordonnateurs, est remis au stagiaire. Il connaît ainsi les objectifs de chaque situation d’évaluation ainsi que les périodes.
  • Des épreuves préparatoires sont proposées afin de mesurer les acquis et de mettre en œuvre les remédiations, si besoin, avant de poursuivre la progression.
  • Les entretiens de suivis, les fiches de tâches, les bilans collectifs ainsi que le livret de suivi font aussi partis des éléments clés de l’accompagnement des stagiaires vers l’obtention de la certification. En effet, ils permettent de vérifier globalement la façon dont les stagiaires se positionnent face à une évaluation, leur niveau de préparation et de leur donner des outils méthodologiques.

Passerelles et débouchés possibles

En termes d’emploi breton, le maraichage est le 7ème secteur agricole employeur de main d’œuvre. D’après les données de la MSA de 2019, 71 902 salariés travaillent dans les exploitations dont 12 930 en CDI et 80561 en CDD. Plus de 15000 salariés ont vu leur contrat à durée déterminée renouvelé deux fois ou plus. A noter également la part des femmes parmi les salariés est de 44%. Enfin, 664 offres d’emploi ont été déposées en 2019.

Pôle emploi et l’ANEFA mettent en évidence un besoin important en main d’œuvre et des difficultés de recrutement.
Les métiers agricoles couvrent une large palette d’opportunités en termes de production et de niveau de compétences. De l’ouvrier saisonnier au responsable d’exploitation, les choix sont multiples.

Partenaires